PhP blog

L’euthanasie des rentiers, vraiment ?

Plus une loi nous paraît simple, mieux elle nous semble satisfaire à la condition de relier systématiquement des faits épars, d’introduire l’unité dans la diversité, plus nous sommes portés à admettre que cette loi est douée de réalité objective ; qu’elle n’est point simulée par l’effet d’un concours de causes qui, en agissant d’une manière indépendante sur chaque fait isolé, auraient donné lieu fortuitement à la coordination apparente.Le Moi aurait dû, d’après cette théorie, participer à l’acquisition et à la formation même des habitudes ; mais à mesure que le phénomène s’est répété, cette intervention serait devenue de plus en plus inutile, jusqu’à ce que le fait pût être réalisé sans que le Moi en eût cons- cience et sous la seule influence de l’habitude.L’abaissement rompt des habitudes qui sont devenues, comme on dit, une seconde nature ; il froisse le sentiment de la dignité et avec lui toutes les puissances de l’âme.C’est comme si l’on accusait le minéralogiste de nier l’existence du règne animal.Il fallait compter, disait-on, avec le caractère capri­cieux de la vie.Mais nous sommes progressifs aussi bien que mobiles ; nous inventons continuellement de nouvelles choses en mécanique, et nous les gardons jusqu’à ce qu’elles soient remplacées par de meilleures.L’expérience montre que la règle la plus efficace est constitutionnelle et utilise la démocratie directe.Mais le rationalisme est dupe de la même illusion.Cette émotion est devenue courante, Rousseau l’ayant lancée dans la circulation.Agriculture, mobilité, urbanisme, industrie… les gisements ne manquent pas.L’allongement du temps entre la recherche initiale et la mise sur le marché d’un médicament est maintenant supérieure à 12-13 ans, ce qui ne permet pas au capital-risque classique s’assurer la totalité du financement de la création de médicament par les « jeunes pousses ».Devant les faits et devant les preuves — devant les aveux, peut-être — il n’y aura plus de place pour la fiction, d’où qu’elle vienne.Et nous avons pris le cas le plus simple !Perdre, pour vivre, les motifs mêmes de vivre !Cela tient à ce que le bon sens populaire fait toujours entrer la sanction dans la formule même de la loi et regarde la récompense ou le châtiment comme des mobiles.L’objectif est évidemment très important pour nos concitoyens.Jean-Thomas Trojani aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Ce qui est terrible, ce n’est pas de souffrir ni de mourir, mais de mourir en vain ».Dans un scénario de Grande coalition, le SPD sera plus ouvert à une Europe de croissance, plus intégrée.Mais si, creusant au-dessous de la surface de contact entre le moi et les choses extérieures, nous pénétrons dans les profondeurs de l’intelligence organisée et vivante, nous assisterons à la superposition ou plutôt à la fusion intime de bien des idées qui, une fois dissociées, paraissent s’exclure sous forme de termes logiquement contradictoires.Dès qu’on a souscrit à cette première absurdité, toutes les autres s’ensuivent[4].On conçoit qu’un nerf transmette une douleur indépendante de toute réaction auto­matique ; on conçoit aussi que des excitations plus ou moins fortes influencent ce nerf diversement.Nos théories de mécanique, d’astronomie, de physique générale, de chimie, de physiologie, seraient absolument les mêmes, quand la nature aurait compris dans l’étendue du spectre solaire visible pour nous un rayon de moins ou un rayon de plus, ou quand, sans modifier la sensibilité de notre organe, elle aurait changé la nature du flambeau, en substituant à notre Soleil une de ces étoiles qui nous paraissent rouges ou vertes, ou dont la lumière, sans offrir des différences aussi saillantes, se trouve pourtant, par l’analyse qu’on en fait avec le prisme, autrement composée que ne l’est la lumièreÀ l’état de veille, le souvenir visuel qui nous sert à interpréter la sensation visuelle est obligé de se poser exactement sur elle ; il en suit donc le déroulement, il occupe le même temps ; bref, la perception reconnue des événements extérieurs dure juste autant qu’eux.Quoi qu’il en soit, plus on approfondit la conception spinoziste de l’ « inadéquat » dans ses rapports avec l’ « adéquat », plus on se sent marcher dans la direction de l’aristotélisme, de même que les monades leibniziennes, à mesure qu’elles se dessinent plus clairement, tendent davantage à se rapprocher des Intelligibles de Plotin[14].La seconde question à se poser est celle du cadre politique.À la justice étroite et tout humaine, qui refuse le bien à celui qui est déjà assez malheureux pour être coupable, il faut substituer une autre justice plus large, qui donne le bien à tous, non seulement en ignorant de quelle main elle le donne, mais en ne voulant pas savoir quelle main le reçoit.

Share This: