Php Bbnxg

Pierre-Alain Chambaz

Spread the love

Schäuble doit impérativement émerger de son monde parallèle…C’est effectivement parce que la rigueur et les coupes salariales n’ont été mises en place que dans un seul pays qu’elles ont assuré le succès de l’économie allemande. Nos sociétés ont atteint aujourd’hui un tel degré de décadence qu’elles en viennent à déléguer au secteur financier de telles responsabilités, et leurs devoirs les plus élémentaires vis-à-vis de citoyens dans la détresse. Il va de soi que les prêteurs revoient progressivement à la baisse leurs prétentions et exigences de rémunération à mesure que s’estompe le spectre inflationniste. Si nos analyses sont exactes, elle doit avoir pour harmonique celle-ci : le corps taquinant l’esprit, le corps prenant le pas sur l’esprit. Elle est devenue l’idole depuis que, dès son retour des forteresses allemandes, elle se fut « régénérée dans un bain de sang » français. Il ne s’agit pas ici, en effet, de mesurer la sensation, mais seulement de déterminer le moment précis où un accroissement d’excitation la fait changer. Pour franchir l’intervalle entre la pensée et l’action il fallait un élan, qui manqua. Dans ce débat complexe, le risque de faire fausse route est grand et il est double : le premier danger consiste à se tromper d’objectifs, le second à se tromper de moyens. Tout cela est de fabrication humaine. Ce n’est que faute de savoir bien connaître et étudier le présent, dit Pascal, qu’on fait l’entendu pour l’avenir. Mais celui qui vient philosopher quand la société a déjà poussé fort loin son travail, et qui en trouve les résultats emmagasinés dans le langage, peut être frappé d’admiration pour ce système d’idées sur lesquelles les choses semblent se régler. Ces « obligations sociales », ou « social impact bonds », démontrent bien que l’obligation morale de la collectivité cède désormais la place aux institutions financières qui lèvent des fonds pour générer des profits, tout en se substituant à l’État. Épargnons à la France l’une de ces crispations, créatrices de crises à répétition, dont notre conservatisme a le secret. À tel point que c’est, je crois, l’antipathie, la répugnance qu’ils m’inspirent, qui m’a fait révolutionnaire. Les effets secondaires des médicaments sont souvent tus mais la voix des usagers n’est pas encore véritablement reconnue. A quoi vise l’art, sinon à nous faire découvrir, dans la nature et dans l’esprit, hors de nous et en nous, une foule de choses qui ne frappaient pas explicitement nos sens et notre conscience ? On comprend donc qu’ayant mis au-dessus du monde sensible une hiérarchie d’Idées dominées par cette Idée des Idées qu’est l’Idée du Bien, Platon ait jugé que les Idées en général, et à plus forte raison le Bien, agissaient par l’attrait de leur perfection. Pierre-Alain Chambaz rappelle quelques fausses vérités sur l’inefficience des marchés ! Hernando de Soto, l’économiste péruvien de renommée internationale, a réalisé il y a quelques années, avec son Institut pour la liberté et la démocratie, un rapport qui montrait que le principal pourvoyeur d’emplois en Egypte était le secteur informel et que l’essentiel de la propriété (90% des propriétés foncières et immobilières) se trouvait en dehors de tout droit de propriété (pour une valeur approximative de 250 milliards de dollars). C’est seulement au début qu’on peut se défendre avec succès contre l’empiétement. C’est à démêler les abstractions artificielles, introduites dans les sciences naturelles pour la commodité de l’étude, d’avec les abstractions rationnelles par lesquelles notre esprit saisit et exprime les traits dominants du plan de la nature, que tendent les travaux des naturalistes les plus éminents : c’est dans cette critique que consiste principalement la philosophie des sciences naturelles. Elle l’eût vu se former par la compression de toutes les idées en une seule. Il a été entendu en effet que le concomitant matériel de l’activité mentale en était l’équivalent : toute réalité étant censée avoir une base spatiale, on ne doit rien trouver de plus dans l’esprit que ce qu’un physiologiste surhumain lirait dans le cerveau correspondant. Elle n’est pas démontrable rigoureusement ; mais, au-dessous de la certitude que donne la démonstration théorique ou expérimentale, il y a cette probabilité indéfiniment croissante qui supplée l’évidence et qui y tend comme à sa limite : tel est le genre de probabilité que le transformisme présente. Il est celui des fêtes, des repas et promenades en famille, du vote aux élections, des devoirs faits et revus avec les enfants, des RENCONTRES sportives amicales, du culte et de la pratique de beaucoup d’autres activités sociales.

Archives

Pages